|

Goodwood

L'art de courir</br> à l'anglaise

L'art de courir
à l'anglaise

23 juin 2016 : à Goodwood dans le Sussex, Charles March, irréductible Lord Britannique et gentleman driver, organise en son domaine le Festival of speed, véritable concentré d’anglicité. Durant 4 jours, c’est sur un gazon impeccablement taillé dominé par un château XVIIe et au gré des caprices d’une météo so british que se déroule cet événement qui réunit Formule 1 et voitures de rallye, véhicules à vapeur et électriques, modèles iconiques et surpuissants, caisses à savon et prototypes futuristes.

Cette garden party automobile unique au monde existe depuis 1993 et attire aujourd’hui pas moins de 200 000 amoureux de belles carrosseries.

Dans les allées de Goodwood, se croisent vestes de tweed, robes à fleurs, tatouages extravagants et culottes courtes qui rêvent d’apercevoir leurs héros de la F1 – Nico Rosberg et Lewis Hamilton ont été annoncés cette année.

<p>Dans les allées de Goodwood, se croisent vestes de tweed, robes à fleurs, tatouages extravagants et culottes courtes qui rêvent d’apercevoir leurs héros de la F1 – Nico Rosberg et Lewis Hamilton ont été annoncés cette année.</p>
<p>Dans les allées de Goodwood, se croisent vestes de tweed, robes à fleurs, tatouages extravagants et culottes courtes qui rêvent d’apercevoir leurs héros de la F1 – Nico Rosberg et Lewis Hamilton ont été annoncés cette année.</p>

Lors d’un pique-nique improbable, on y goûte un fish and chips, une tasse de thé ou un verre de Pimm’s entre une démonstration de la Royal Air Force et le stand d’un constructeur venu dévoiler sa toute dernière création.

Approcher les légendes du design automobile, échanger un souvenir de course avec Jean Ragnotti, parler mécanique avec Jackie Stewart... Cela n'est possible nulle part ailleurs qu'à Goodwood.

Après une vente aux enchères de véhicules d’exception, la Hill Climb démarre. Temps fort du Festival, cette course de côte voit défiler sur un tracé de 2 km bordé de ballots de paille, des autos de tout style et toute époque qui s’affrontent dans un contre-la-montre teinté de grande classe, d’une pointe d’humour et de fair-play.

<p>Après une vente aux enchères de véhicules d’exception, la Hill Climb démarre. Temps fort du Festival, cette course de côte voit défiler sur un tracé de 2 km bordé de ballots de paille, des autos de tout style et toute époque qui s’affrontent dans un contre-la-montre teinté de grande classe, d’une pointe d’humour et de fair-play.</p>
<p>Après une vente aux enchères de véhicules d’exception, la Hill Climb démarre. Temps fort du Festival, cette course de côte voit défiler sur un tracé de 2 km bordé de ballots de paille, des autos de tout style et toute époque qui s’affrontent dans un contre-la-montre teinté de grande classe, d’une pointe d’humour et de fair-play.</p>

Alpine
conjuguée
à tous
les temps

Fidèle à l’événement, Alpine a embarqué cette année dix de ses plus beaux modèles afin de célébrer sa renaissance.

Alpine</br>conjuguée</br>à tous</br>les temps

Sur la route étroite menant au sommet de la colline, l’A442B, victorieuse au Mans en 1978, l’A460 qui a renouvelé l’exploit la semaine passée en LMP2 et l’Alpine Célébration qui préfigure le futur modèle de série, font une démonstration de leur agilité emblématique.

Dans la zone Cartier Style et Luxe, l’un des plus prestigieux concours d’élégance prend place. Le Marquis, le tout premier prototype avec sa carrosserie en fibre de verre ultra légère imaginé par Jean Rédelé, l’emporte dans la catégorie Alpine Past and Present. Les visiteurs peuvent ici découvrir l’histoire de la marque à travers une lignée inédite. Sont exposées la Willys Interlagos (A108 assemblée au Brésil), un rare cabriolet A110, deux berlinettes de 1964 et 1977 et enfin la toute dernière Alpine Vision.

Autre curiosité … l’Alpine A110 Meyrignac dont les lignes avant-gardistes ont été dessinées en 1969 par André Meyrignac alors adolescent, designer en herbe audacieux à qui Jean-Rédelé avait confié un châssis d’A110 suite à la présentation de sa maquette.