|

La route bleue

HomeMomentsLa route bleue

Sur une route transalpine iconique, Alpine Vision est partie à la découverte de lieux étonnants et merveilleux.
Des rencontres riches et passionnantes ont enrichi cette route bleue.

la route bleue

CHAPITRE 1

LE

LIN

GO

TTO

Une première étape mythique, guidée par Marcella Pralormo, directrice de la pinacothèque Giovanni e Marella Agnelli qui nous emmène à la découverte du Lingotto.
Construit dans les années 1920 pour Fiat, le Lingotto, un «lingot» de 500 mètres de long, est à l’époque la plus grande et la plus moderne des usines en Europe. L’ingénieur Italien Giacomo Mattè Trucco le conçoit sur le modèle des usines américaines, il se compose de cinq étages destinés à l’assemblage des voitures, de la pièce la plus lourde à la plus légère.
Celles-ci sont ensuite directement testées sur le toit où se trouve une piste d’essai.

«Le Lingotto était admiré par les plus grands architectes de l’époque comme Le Corbusier, notamment pour ses impressionnantes rampes hélicoïdales» raconte Marcella Pralormo. Il fut dédié pendant 55 ans à la production des voitures Fiat.

seconde vie

Au début des années 80, l’usine ferme. Le charismatique et visionnaire Giovanni Agnelli, petit fils du fondateur de Fiat et patron de l’empire lance un concours pour redonner une seconde vie au bâtiment. Il souhaite le transformer en centre multifonctionnel. L’architecte Italien Renzo Piano, spécialiste des musées, auteur entre autres du Centre Pompidou, remporte ce projet d’envergure. «Il a gagné car il a conservé le bâtiment originel comme le souhaitait Giovanni Agnelli» précise Marcella Pralormo.

avant gardiste

Renzo Piano ne touche ni à la façade ni à l’agencement intérieur «il a beaucoup travaillé sur la lumière et la transparence. De la Pinacothèque il y a une vue dégagée sur les Alpes et la ville» poursuit-elle. La signature de l’architecte est la «Bolla» une bulle de verre délicatement posée sur le toit. Avant-gardiste et spectaculaire, le Lingotto est un modèle de rénovation du patrimoine industriel, il est le symbole du renouveau de la ville de Turin.

Métamorphose

Ce lieu de vie abrite désormais des hôtels, un centre commercial, l’école polytechnique, un centre d'exposition, un auditorium, un multiplexe et bien-sûr l’étonnante pinacothèque Giovanni e Marella Agnelli dirigée par Marcella Pralormo, figure du monde l’art Turinois. Le couple de collectionneurs, passionnés et philanthropes, tenait à accueillir au sein du Lingotto un espace exclusivement dédié à la création.

la

pinaco

thèque

Au sommet de l’édifice trône la majestueuse pinacothèque inaugurée en 2002. Pour Giovanni et Marella Agnelli, l’art rimait avec plaisir, beauté et joie. Ils ont fait don au lieu de 25 chefs-d'œuvre signés par les plus grands noms de l’histoire de l’art tels que Matisse, Picasso, Renoir, Manet ou Modigliani.

Le coffre au trésor

Le goût et le raffinement de ces collectionneurs avertis sont ici célébrés.
«J’ai eu la chance de travailler avec Monsieur et Madame Agnelli pour faire le choix des œuvres accrochées dans la collection permanente, l’idée était de choisir les trésors de leur collection particulière» explique la directrice du lieu.
«L'architecture est née à partir des œuvres» poursuit-elle. Renzo Piano a imaginé une structure suspendue au-dessus du toit du Lingotto pour les abriter. Marcella Pralormo aime décrire ce lieu comme «Un écrin avec un toit en cristal», l’architecte lui l’appelle «le coffre au trésor». La visite d’Alpine au Lingotto s’achève par cette parenthèse artistique hors du temps où patrimoine et modernité sont à l’unisson.

Marie Farman / Anne Pericchi
Journalistes
Thierry Ambraisse
Photographe
Merci à Marcela Pralormo
& Carola Serminato