|EN/FR/DE

Leica

La seconde étape du voyage

nous emmène aux environs de Francfort, dans la commune de Wetzlar, ancienne résidence de Goethe et siège historique de Leitz (plus tard Leica) depuis 1869. La marque d’appareils photo distribuée aujourd’hui dans le monde entier, prend ses racines dans ce coin de campagne allemande, avant une parenthèse de presque 30 ans et son déménagement à Solms, ville voisine.

La seconde étape du voyage

A l’image de la renaissance Alpine, celle de Leica se produira en 2014 à Wetzlar, s’accompagnant d’un projet architectural et technologique prodigieux.
Au pied d’une structure de verre et de béton monumentale et dont les courbes rappellent celles d’un appareil photographique – l’œuvre de 27.000m² signée du cabinet Grube + Kleine-Kraneburg -, l’allure sportive de l’Alpine A110 Première Edition rencontre sur fond de romance et d’architecture le mythe Leica.

Fils d’entrepreneurs autrichiens ayant fait fortune dans l’industrie du papier, un temps professeur de littérature, militant politique aussi, Andreas Kaufmann est à l’origine de la renaissance de la marque à la pastille rouge. En 2004, décidé à diversifier les activités familiales, « un temps où l’on considérait l’Allemagne comme le vieil homme de l’Europe », Kaufmann rachète l’empire Leica, alors en partie aux mains du groupe Hermès. Restructurée et réenchantée, la société allemande entre dans la seconde révolution digitale et connaît à nouveau le succès avec la sortie du M8, version numérique d’appareils télémètres analogues.

Si les appareils légendaires de la marque – dont le premier prototype d’appareil photo utilisant le film cinéma, le Bing Bang 35 mm d’Oscar Barnack – s’exposent aujourd’hui au sein d’un musée, les dernières actualités de Leica font découvrir des objets

de design, impressionnants de par leur technologie. Mariant à la perfection le savoir-faire maison à l’ingénierie pure, le Leica TL2 au boitier façonné dans un bloc d’aluminium rappelle la légèreté et la fluidité de l’Alpine A110 dont l’intégralité du châssis est construit

du même matériau. D’autres modèles suivront à l’image du Leica M10, bijou de technologies, et le modèle professionel le plus rapide) – le SL – (11 images par seconde en série) jamais créé par Leica.

Si l’entreprise rêve à d’autres développements – la marque est partenaire du constructeur chinois de smartphones Huawei -, « le smartphone capable de rivaliser avec les meilleurs appareils photo du marché n’est pas encore né », commente Andreas Kaufmann. Dans sa galerie d’art du Leitz Park, où les clichés des maîtres de la photographie – Robert Capa et Cartier-Bresson – s’affichent aux murs, le président entend porter haut l’étendard d’un art qui le passionne presqu’autant que l’automobile. « L’idée selon laquelle les smartphones nous transformeraient tous en photographes est une grande chance pour l’industrie, aime-t-il à dire.