|

Les 24h du Mans

AccueilRacingLes 24h du Mans

SUR LA GRILLE DE DÉPART

Forte de sa victoire à Spa et des 2e et 3e places gagnées lors des essais qualificatifs, l’équipe Alpine fait figure de favorite.
Au centre de la piste, la voix de Brad Pitt retentit : « Pilotes, démarrez vos moteurs » !

Sous une pluie torrentielle, 60 bolides, bridés par la voiture de sécurité, roulent au ralenti. La 84e édition des 24H du Mans est lancée.

A L'ÉPREUVE DE LA PLUIE

A L'ÉPREUVE DE LA PLUIE

Les caprices de la météo rendent le choix des gommes délicat. Les deux Alpine pointent aux 12e et 15e places.
Malgré une piste humide et périlleuse, Nicolas Lapierre et Nelson Panciatici ne tardent pas à remonter au classement. Dans chaque équipage, leurs coéquipiers Gustavo Menezes et Stéphane Richelmi, Ho-Pin Tung et David Cheng prennent le relais et poursuivent leur remontée se hissant aux 2e et 8e places. En ligne de mire : la Thiriet by TDS Racing en tête avec 16s d’avance.

A LA FAVEUR DE LA NUIT

A LA FAVEUR DE LA NUIT

Au paddock, tandis que l’obscurité a enveloppé le circuit, les voix se font plus feutrées. L’équipe décide d’établir un check-up complet de la 36. Les mécanos entament leur ballet. L’adrénaline et l’entrainement les font tenir tout au long de ce marathon.
Malgré les repères mouvants et le halo éblouissant des phares, les deux Alpine, telles des étoiles filantes, fendent les ténèbres à plus de 300km. Les pilotes compensent la baisse de visibilité par une concentration acérée.

LA RAGE DE VAINCRE

Aux premiers rayons du soleil, Nicolas Lapierre passe le témoin à Stéphane Richelmi. Le jeune monégasque enfile une dernière fois sa cagoule, son casque, abaisse la visière, se glisse dans le baquet puis boucle son harnais. C’est reparti ! Le pilote agrippe le bitume pour se maintenir en tête dans une lutte serrée avec la G-Drive Racing n°26.

LA RAGE DE VAINCRE
FINISH

FINISH

Sur la piste, les LMP1 assurent le show quand la Toyota N°5, largement en tête, s’immobilise à un tour de l’arrivée pour se faire doubler par la Porsche n°2. Cet ultime coup de théâtre rappelle qu’au Mans, la victoire n’est jamais acquise. C’est dans cette atmosphère survoltée que Nicolas Lapierre franchit la ligne, d’arrivée vainqueur dans sa catégorie. 38 ans après le succès de Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi, l’A460 entre à son tour dans l’histoire et prend la tête du trophée FIA endurance LMP2.
Quand résonne la Marseillaise, la foule envahit la piste.

LE CIRCUIT

Mythiques, les 24 heures du Mans constituent la course la plus longue du championnat du monde d’endurance.
Tout au long des 13,6 km, les virages du Tertre Rouge, de Mulsanne, Arnage, Indianapolis, Porsche et la ligne droite des Hunaudières sont les passages clés du tracé. Rapide, le circuit exige de savoir ménager sa voiture pour tenir la durée. Cette année encore, les 24H ont été cette course émotionnelle et mythique si particulière pour les pilotes.

LE CIRCUIT