|

La famille Signatech-Alpine, un cœur à 300 km/h

‹ RETOUR

La famille Signatech-Alpine, un cœur à 300 km/h

Quoi de mieux que le bleu scintillant du Golfe d’Arabie pour célébrer le titre suprême d’Alpine ?
Philippe Sinault et ses trois pilotes se réjouissent en recevant leur trophée sous l’acclamation de l’équipe Signatech-Alpine.
Du Castellet à Bahreïn, l’A460 ≠36, a fait des étincelles : 4 victoires, 7 podiums et un titre de champion du monde d’endurance LMP2 à la clé. Flashback sur une saison à forte charge émotionnelle.

Retour sur la saison

25 mars
Prologue au Castellet

19h50

« Ce titre est plus une consécration qu’une surprise.
Nous avons mis toutes les chances de notre côté et tellement travaillé… »

15h28

Cette saison, l’écurie aligne au départ deux prototypes : la 36, menée par Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi et Gustavo Menezes, et la 35, sous le drapeau du Baxi DC Racing, avec David Cheng, Ho-Pin Tung et Nelson Panciatici aux commandes. Au Castellet, on teste différentes configurations, on jauge la concurrence, on tente d’en imposer.

17 avril
6 Heures de Silverstone

4ème

12h00

« La gestion des pneus pluie rend la voiture difficile à appréhender. Le résultat n’est pas à la hauteur de nos ambitions. Mais ce n’est peut-être pas plus mal pour commencer. Cela oblige à garder les pieds sur terre. »

16h44

Philippe Sinault lève les yeux au ciel. La météo n’épargne pas les pilotes pour cette première manche. La neige s’invite à Silverstone et oblige d’emblée les voitures à chausser les pneus pluie. L’équipe s’essaie à différentes stratégies sans pouvoir exploiter pleinement ses performances et se classe à une frustrante 4ème place.

1802

Longueur de la piste :

5.901 km

Vitesse maximum :

285 km/h

Nbr de tours réalisés :

177

7 mai
6 Heures de Spa-Francorchamps

Vainqueurs

14h30

« Nicolas avait le couteau entre les dents. Il a décroché la victoire après un dépassement d’anthologie.
C’était vraiment chaud, il risquait l’accrochage, la sortie de piste et l’abandon. Mais Nicolas est rapide, réactif et prend les bonnes décisions. »

20h22

A Spa, après une course haletante, Nicolas Lapierre doit passer au stand à dix minutes de la fin pour un complément de carburant. Il perd alors sa place de leader. Gonflé à bloc, il obtient carte blanche pour engager la manœuvre la plus périlleuse du championnat : un dépassement de Derani par l’extérieur à la dernière minute. Pari gagné !

20h32

Longueur de la piste :

7.004 km

Vitesse maximum :

312,5 km/h

Nbr de tours réalisés :

151

18-19 juin
24 heures du Mans

Vainqueurs

15h00

« Fabuleux, la course parfaite, 260 000 personnes, une victoire mythique le jour de mes 50 ans, le stress aussi. On a serré les fesses jusqu’au bout mais on a géré de main de maître ».

02h01

Sur ce circuit légendaire, l’équipe passe par tous les états émotionnels : le stress intense quand une fuite d’eau sur la 36 contraint à prévoir deux arrêts supplémentaires. L’ivresse de la vitesse pour les pilotes qui fendent la nuit. La déception quand Nelson Panciatici heurte un mur de béton. La surprise quand la Toyota, s’immobilise au dernier tour. Le frisson quand résonne la Marseillaise.

15h00

Longueur de la piste :

13.629 km

Vitesse maximum :

309 km/h

Nbr de tours réalisés :

357

24 juillet
6 Heures de Nürburgring

Vainqueurs

13h00

« Cela aurait pu être facile de retomber après Le Mans, mais on a su rester concentré sur ce circuit étriqué et sinueux. C’est là que l’on a pris conscience que l’on pouvait viser le titre. »

17h09

D’une précision redoutable dans les virages serrés de ce circuit surnommé « l’enfer vert », Nicolas Lapierre fait preuve d’une agilité magistrale et sert à ses concurrents une audacieuse démonstration de pilotage. Alpine s’impose dans le temple allemand de la voiture de sport.

19h02

Longueur de la piste :

5.148 km

Vitesse maximum :

259 km/h

Nbr de tours réalisés :

178

3 septembre
6 Heures de Mexico

2ème

13h30

« Mexico était un circuit inédit. Un nouveau terrain de jeu, c’est toujours passionnant. La piste est magnifique, dans un ancien stade de baseball, mais difficile car très bosselée et en altitude. On a fait le match avec panache. On était tout près de la victoire. »

17h24

A Mexico, impossible d’ignorer l’ambiance colorée et caliente dans les tribunes. Mais à plus de 2000m d’altitude, les pilotes et les moteurs peinent à respirer. En tête, la 36 se voit pénalisée de 30 secondes lors d’un pitstop. Malgré tous ses efforts pour rattraper ce retard, Nicolas Lapierre franchit la ligne d’arrivée à 1’985 du vainqueur.

19h31

Longueur de la piste :

4.304 km

Vitesse maximum :

259,7 km/h

Nbr de tours réalisés :

210

17 septembre
6 Heures d'Austin

Vainqueurs

17h00

« Excellente course à Austin malgré la chaleur, très éprouvante physiquement. Superbe performance des pilotes qui étaient complètement libérés. Et une victoire à domicile pour Gustavo. »

20h07

A Austin, c’est l’épreuve du feu. La chaleur accablante transforme les cockpits en fournaise et les pilotes en forçats de la route. De quoi véritablement éprouver l’endurance de l’équipe ! La 36 s’envole sans jamais se brûler les ailes.

23h01

Longueur de la piste :

5.153 km

Vitesse maximum :

272,6 km/h

Nbr de tours réalisés :

172

16 octobre
6 Heures de Fuji

3ème

11h00

« Gustavo est la véritable révélation de ce championnat. C’est un personnage de BD, bondissant, toujours enthousiaste et de bonne humeur, il apporte des ondes extrêmement positives à l’équipe. »

14h17

Après des essais libres peu concluants, l’équipe choisit d’économiser le carburant et les pneumatiques pour tenter le podium. La bataille fait rage dans le peloton de tête.  Quand Gustavo Menezes se glisse dans le baquet. Retardant au maximum son freinage, il est déporté dans un virage puis revient sur la piste en ricochant sur un vibreur. Le spectacle est assuré en même temps que la 3e place.

17h01

Longueur de la piste :

4.563 km

Vitesse maximum :

283,1 km/h

Nbr de tours réalisés :

223

6 novembre
6 Heures de Shanghai

4ème

11h00

« A Shanghai, Nicolas Lapierre rêvait de doubler pour assurer un podium. On lui a donné la consigne de rester derrière pour ménager le moteur et assurer le titre.
Il l’a acceptée. Il ne s’est pas trompé d’objectif. »

14h25

Leader du championnat avec une avance de 35 points, l’équipe arrive à Shangaï avec une stratégie clairement définie : concentration et prudence. Conscients de l’enjeu, les pilotes ne laissent pas leurs élans personnels prendre le pas sur l’intérêt supérieur de l’équipe.
Ils mènent une course solide, mais raisonnable.

17h01

Longueur de la piste :

5.451 km

Vitesse maximum :

271,3 km/h

Nbr de tours réalisés :

179

19 novembre
6 Heures de Bahreïn

3ème

16h00

« On a ouvert les vannes en grand, on ne risquait plus rien. Mais à mi-course, Nicolas signale un problème sur la voiture. Peut-être les amortisseurs ou le différentiel, cela reste à déterminer. On a quand même enlevé un podium. »

18h34

En pole position, la 36 rêve déjà de fêter son titre mondial. Partie sur les chapeaux de roues, la voiture vibre et perd soudain du temps. La voix de l’ingénieur dans le casque du pilote encourage et rassure. Les mains gantées des mécanos s’affairent dans le stand. L’esprit d’équipe passe à l’action et réinvente une stratégie de podium pour l’honneur. Mission accomplie !

22h00

Longueur de la piste :

5.412 km

Vitesse maximum :

280,5 km/h

Nbr de tours réalisés :

183